En | Fr | Apochrom | Blog | Dans la forêt lointaine | Boutique | Fontaine Daniel
Aaron Copland

Aaron Copland

aaron-copland

Biographie

Aaron Copland est né le 14 novembre 1900 à Brooklyn dans une famille d'émigrés russes et est décédé à New York le 2 décembre 1990.

Après avoir étudié le piano dès son plus jeune âge, puis l'harmonie, la théorie musicale et la composition auprès de Rubin Goldmark à New York, il part à Paris suivre l'enseignement de Paul Vidal, au Conservatoire américain de Fontainebleau, en France, entre 1921 à 1924. Durant cette période, il se perfectionne également à la composition auprès de Nadia Boulanger, qu'il considérait comme son "maître". Politiquement, il se rapproche des mouvements socialistes et communistes de l'époque, et s'intéresse de près aux actualités venant de Russie, partageant les idéaux portées par la Révolution de 1917. Son séjour à Paris lui permettra de voyager en Europe et de rencontrer les peintres, écrivains et artistes importants de l'après Première Guerre Mondiale : Ernest Hemingway, Picasso, Chagall, Modigliani, Marcel Proust, Jean-Paul Sartre, André Gide…

En 1924, il retourne aux États-Unis, déterminé à vivre de ses compositions musicales. Il devient également professeur et donne des récitals de piano. Sous l'influence de Alfred Stieglitz, qui souhaitait que les artistes américains propagent les idéaux de la Démocratie Américaine, ll fonde en 1928 les Copland-Sessions Concerts à New York. Il s'agit de séries de concerts destinés à promouvoir la jeune musique américaine. Ces sessions perdureront jusqu'en 1931. Copland y rencontrera Roger Sessions, Roy Harris, Virgil Thomson, et Walter Piston, avec lesquels il se groupera au sein d'un "commando unit". Ils tentent de mettre au point une esthétique qui serait typiquement américaine en empruntant au jazz et aux folklores locaux et nationaux.

À partir de la Crise de 1929, et durant toute la "Grande Dépression", Aaron Copland se rapproche de plus en plus de la "Gebrauchsmusik", mouvement musical allemand inventé dans les années 1920 par Paul Hindemith, apôtre d'une Neue Sachlichkeit (nouvelle objectivité), pour désigner des œuvres artistiques à usage en principe strictement pratique. C'est durant cette période que Copland composa ses pièces pour enfants et jeunes publics, comme The Young Pioneers et l'opéra The Second Hurricane. Il voyage également au Mexique, où il forme Carlos Chávez, et commence à y composer l'une de ses plus célèbres pièces : El Salón México.

De 1933 à 1944 il enseigne à la Harvard University.

Il connaît maintenant ses premiers grands succès publics (et financiers) en tant que compositeur, tandis qu'il se rapproche du Parti Communiste américain, avec Elia Kazan et Clifford Oddets, suite à l'avènement du fascisme en Italie et du nazisme en Allemagne.

Ses pièces des années 1930 les plus connues sont :

  • Piano Variations (1930)
  • Short Symphony (Symphony No. 2) (1931–33)
  • Statements for orchestra (1932–35)
  • Hear Ye! Hear Ye! (1934), musique de ballet
  • El Salón México (1936)
  • Quiet City (1939), pour trompette, cor anglais et orchestre à cordes
  • Of Mice and Men et Our Town (1939), ses premières musiques pour Hollywood
  • Billy the Kid (1939), véritable western traduit en musique, où Copland inclue des chants de cowboys authentiques, comme The Old Chisholm Trail, The Dying Cowboy ou Old Paint au sein de sa composition.

 

Biily the Kid, The Royal Philharmonic Orchestra, Philip Ellis

Il publie également ses premiers écrits critiques, comme What to Listen for in Music, et joue un rôle majeur au sein de l'American Composers Alliance.

Durant les années 1940-1950, Copland compose ses pièces les plus célèbres :

  • Rodeo (1942)
  • Fanfare for the Common Man, pour cuivres et percussions (1943)
  • Appalachian Spring, composée pour un ballet (1944). La version originale de cette dernière œuvre, écrite pour un orchestre de chambre composé de 9 cordes, une clarinette, un basson et une flûte, fut plus tard réécrite pour orchestre symphonique.
  • Jubilee Variations (1945)
  • Symphonie n°3 (1946, symphonie qui devient l'œuvre de musique classique américaine la plus populaire)
  • Concerto pour clarinette, cordes, harpe et piano (1948), pour Benny Goodman (partie 1 | partie 2, A. Copland, B. Goodman, Los Angeles Orchestra)
  • The Red Pony (1948)
  • The Heiress (1949), bande originale du film de William Wyler, pour laquelle il remporte l'Oscar de la meilleure musique de film.

 

Appalachian Spring, Memphis Repertory Orchestra, William Langley

What is American Music, Symphony n°3, dernier mouvement, L. Bernstein, A. Copland

Copland finit par retourner en Europe en 1949, et s'intéresse de plus en plus au sérialisme et au dodecaphonisme. Au début des années 1950, il est une des victimes du maccarthysme et est inscrit sur la liste noire du cinéma américain. Il est même convoqué en 1953 devant le Congrès américain, où il témoigne n'avoir jamais été communiste. Les poursuites à son encontre s'arrêtèrent en 1955 et son dossier fut définitivement cloturé en 1975. Aaron Copland cessa son activisme de gauche et milita pour que l'URSS stalinienne et post-stalinienne laisse une liberté de création totale aux artistes, comme par exemple Dmitri Chostakovitch.

Malgré les difficultés posées par ses sympathies communistes présumées, Aaron Copland ne cesse de voyager durant les années 1950-1960, découvrant la musique européenne d'avant-garde, et se liant d'amitié avec Toru Takemitsu, compositeur japonais avec lequel il entretiendra une correspondance soutenue.

À partir de cette époque, beaucoup d'œuvres de Copland seront marquées par l'écriture sérielle, comme le :

  • Quatuor pour piano et cordes (1950)
  • Fantaisie pour piano (1955-57)
  • Connotations (1961-62)
  • Inscape (1967)

Connotations fut créé le 23 septembre 1962, par l'un de ses amis, le compositeur et chef d'orchestre Leonard Bernstein et l'Orchestre Philharmonique de New York lors du premier concert télévisé de l'histoire. Par la suite, Aaron Copland continuera à écrire des œuvres à tendance « néo-classique » jusqu'à la fin de sa carrière, parmi lesquelles :

  • Old American Songs (1950-52)
  • son opéra The Tender Land (1952-54)
  • Three Latin American Sketches (1959-71)

Au début des années 1970, Copland sera victime de la maladie d'Alzheimer et s'arrêtera alors de composer. Étrangement, il poursuivra toutefois sa carrière de chef d'orchestre jusqu'en 1983 comme chef invité aux USA ou en Grande Bretagne. Il est décédé le 2 décembre 1990 à New York. Durant toute sa vie, il veilla à préserver sa vie privé, et n'évoquait que rarement en public son homosexualité.

Copland Portrait

Copland Portrait (1975)

Documentaire télévisé de 1975 sur Aaron Copland, où il nous fait part de ses réflexions sur l'Histoire de la Musique américaine. Internet Archive >

 

Catalogue des œuvres

aaron-copland-compositions
  • Before (1920)
  • Night for voice (1918)
  • A Summer Vacation for voice (1918)
  • My Heart is in the East for voice (1918)
  • Three Sonnets for piano (1919)
  • Old Poem for voice (1920)
  • The Cat and the Mouse for piano (1920)
  • Pastorale for voice (1921)
  • Three Moods for piano (1921)
  • Four Motets for mixed voices (1921)
  • Help us, O Lord
  • Sing ye Praises to our King
  • Have Mercy on us, O My Lord
  • Thou, O Jehovah, Abideth Forever
  • Sonata in G Major for piano (1921)
  • Petit Portrait for piano (1921)
  • Alone for voice (1922)
  • Passacaglia for piano (1922)
  • Cortege Macabre for orchestra (1923)
  • As It Fell Upon a Day for voice, flute, and clarinet (1923)
  • Movement for String Quartet (1924)
  • Symphony for organ and orchestra (1924)
  • Grohg (1925, révision en 1932)
  • Dance Symphony for orchestra (1925)
  • Music for the Theater for orchestra (1925)
  • Two Choruses ("The House on the Hill," "An Immortality") for chorus (1925)
  • Piano Concerto for piano and orchestra (1926)
  • Two Pieces for violin and piano (1926)
  • Sentimental Melody for piano (1926)
  • Four Piano Blues for piano (1926–48)
  • Poet's Song for voice and piano (1927)
  • Vocalise No.1 for voice (1928)
  • Symphony No.1 for orchestra (1928)
  • Two Pieces for String Orchesta (1928)
  • Symphonic Ode for orchestra (1929, révision en 1955)
  • Vitebsk: Study on a Jewish Theme for violin, violoncello, and piano (1929)
  • Piano Variations (1930)
  • Miracle at Verdun (1931)
  • Elegies for violin and viola (1932)
  • Short Symphony for orchestra (1933)
  • Hear Ye! Hear Ye! ballet for orchestra (1934)
  • Statements for orchestra (1934)
  • Into the Streets May First for chorus (1934)
  • What Do We Plant? for chorus (1935)
  • Sunday Afternoon Music for piano (1935)
  • The Young Pioneers for piano (1935)
  • El Salón México for orchestra (1936)
  • Sextet for clarinet, two violins, viola, violoncello, and piano (1937)
  • The Second Hurricane; high school opera (1937)
  • Prairie Journal, originally called Music for Radio for orchestra (1937)
  • Waltz and Celebration for concert band (1938)
  • Billy the Kid (1938)
  • An Outdoor Overture for orchestra (1938)
  • Lark for chorus (1938)
  • The City (1939)
  • Of Mice and Men (1939)
  • From Sorcery to Science; incidental music for puppet play (1939)
  • Quiet City for trumpet, cor anglais, and string orchestra (1940)
  • Our Town (1940)
  • John Henry for orchestra (1940, révision en 1952)
  • Piano Sonata for piano (1941)
  • Episode for organ (1941)
  • Arrangement of An Outdoor Overture for concert band (1941)
  • Lincoln Portrait for narrator and orchestra (1942)
  • Arrangement of Lincoln Portrait for concert band (1942)
  • Rodeo (1942)
  • Fanfare for the Common Man for brass and percussion (1942)
  • Las Agachadas for chorus (1942)
  • Music for the Movies for orchestra (1942)
  • Danzón Cubano for two pianos (1942)
  • Song of the Guerillas for orchestra (1943)
  • Sonata for Violin (or Clarinet) and Piano (1943)
  • North Star (1943)
  • Arrangement de Danzón Cubano for orchestra (1944)
  • Appalachian Spring (version orchestre de chambre (1944)
  • AAppalachian Spring pour orchestre (1944)
  • Letter from Home for orchestra (1944, révision en 1962)
  • Midday Thoughts pour piano (1944/82)
  • Jubilee Variations for orchestra (1945)
  • The Cummington Story (1945)
  • Symphony No. 3 for orchestra (1946)
  • In the Beginning for mezzo-soprano and chorus (1947)
  • Midsummer Nocturne for piano (1947/77)
  • The Red Pony (1948)
  • Clarinet Concerto for clarinet and string orchestra with harp (1948)
  • The Heiress (1948)
  • Preamble for a Solemn Occasion for orchestra (1949)
  • Quartet for violin, viola, violoncello, and piano (1950)
  • Twelve Poems by Emily Dickinson for medium voice and piano (1950)
  • Old American Songs No.1 for voice and piano (1950)
  • The Pied Piper (1951)
  • Old American Songs No.2 for voice and piano (1952)
  • The Little Horses for voice and piano (1952)
  • Arrangement de Preamble for a Solemn Occasion pour orgue (1953)
  • Dirge in the Woods for voice and piano (1954)
  • The Tender Land (1954)
  • Canticle of Freedom for chorus and orchestra (1955)
  • Variations on a Shaker Melody for concert band (1956)
  • Fantasy for piano (1955-7)
  • Arrangement de Piano Variations pour orchestre (1957)
  • Arrangement de The Tender Land pour orchestre (1957)
  • The World of Nick Adams (1957)
  • Dance Panels for orchestra (1959, révision en 1962)
  • Nonet for 3 violins, 3 violas, and 3 cellos (1960)
  • Something Wild (1960)
  • Connotations for orchestra (1961-2)
  • Down a Country Lane for piano (1962)
  • Danza de Jalisco (in Latin American Sketches) for two pianos (1963)
  • Arrangement of Down a Country Lane for orchestra (1964)
  • Emblems for concert band (1964)
  • Music for a Great City for orchestra (1964)
  • In Evening Air for piano (1966)
  • Inscape for orchestra (1967)
  • Arrangement des Variations on a Shaker Melody pour orchestra (1967)
  • Inaugural Fanfare for orchestra (1969)
  • Happy Anniversary for orchestra (1969)
  • Duo for flute and piano (1970–71)
  • Threnody No.1: In Memoriam Igor Stravinsky for flute, violin, viola, and cello (1971)
  • Three Latin American Sketches for orchestra (1972)
  • Night Thoughts: Homage to Ives for piano (1972)
  • Threnody No.2: In Memoriam Beatrice Cunningham for flute, violin, viola, and cello (1973)
  • Midday Thoughts for piano (1944/82)
  • Proclamation for piano (1973/82)
  • Proclamation for orchestra (orchestration en 1985 par Phillip Ramey)

Discographie sélective

aaron-coplan-piano

Quelques livres écrits par Aaron Copland

aaron-coplan-1970

Liens externes

aaron-coplan-1970